• Réflexions sur la société

    Réflexions sur la société

  • Aujourd'hui, Web Asies nous fait réfléchir sur la figure de Lei Feng, héro de la période maoïste, qui est toujours mis en avant comme un modèle à suivre dans la Chine du XXIe siècle. Cependant, sur Internet, certains Chinois remettent en cause cette image et discutent de sa pertinence au vu de l'évolution de la société actuelle.

    http://webasies.com/en-chine-la-sauce-lei-feng-ne-prend-plus-a-lheure-dinternet/

    Photo             Image 2

    Vous pouvez aller voir le site Internet du musée dédié à Lei Feng dans la province du Liaoning, au nord-est de la Chine. Cela donne une idée de l'importance qu'il peut avoir dans la réthorique politique des élites chinoises.


    votre commentaire
  •  

    Voici deux vidéos intéressantes sur la place du téléphone portable en Chine...




    1 commentaire
  • 这里大家看看 Action Contre la Faim (消除饥饿行动)的一个广告。他们说的是西班牙语但听不懂还能看得懂。

    意思是:在这个世界我们生产的食物其实够大家吃,但分享不公平,所以很多人挨饿。协会是我们学孩子来好好分享我们的资源物资。
    真让人考虑。。。

    用法语介绍vidéo的一个网页:http://www.bionoor.com/et-si-on-partageait-1104/

     


    votre commentaire
  • 我找到了一篇文章,是一个中国人介绍她住在Père Lachaise公墓旁边的感觉,汉语写得挺好,很有意思,也可以练练看书面语^^
    http://www.faguoquan-blog.fr/txt/BlogShow.jsp?ID=12860276991422738

    你们住在一个公墓旁边的话,会有什么感觉呢?会怕鬼?会喜欢那么安静的地方?没什么感觉?

    我自己对公墓一般没有什么特别的感觉,但我知道有人会不喜欢。。。前几年,学校给我们学生提供了宿舍,一个宿舍是在巴黎的Cité U里,另一个在郊区,后边有个公墓。我记得很多学生都不愿意在那里住,感觉一直在看着公墓会让他们感到寂寞、消沉。


    votre commentaire
  • Voici une traduction des paroles de la chanson 天路, très connue en Chine, magnifique mais vraiment difficile à chanter.

    Je l'ai traduite à l'occasion d'une étude bibliographique sur les politiques de développement du Tibet, qui incluent la construction de la voie ferrée Qinghai-Lhassa. Les paroles illustrent bien la vision chinoise un peu "utopique" de ce chemin de fer... Voyez vous-mêmes !

     

    天路 Le chemin vers le ciel
       
    清晨我站在青青的牧场   De bon matin, je me tiens au milieu des prairies verdoyantes
    看到神鹰披着那霞光 Pour regarder l’aigle fendre les rayons du soleil matinal
    像一片祥云飞过蓝天   On dirait qu’un nuage propice traverse le ciel bleu
    为藏家儿女带来吉祥   Pour apporter la chance au peuple tibétain
       
    那是一条神奇的天路哎…   C’est une route magique qui mène au ciel...
    把人间的温暖送到边疆   Qui apporte la chaleur humaine aux frontières
    从此山不再高路不再漫长  Il n’y a pas de montagne plus haute, ni de chemin plus long
    各族儿女欢聚一堂  Toutes les ethnies s’y rassemblent joyeusement 
       
    黄昏我站在高高的山冈  A la tombée du jour, je me tiens au sommet d’une haute montagne
    看那铁路修到我家乡  Pour regarder le chemin de fer se construire vers mon pays natal
    一条条巨龙翻山越岭  Un dragon géant qui traverse les montagnes
    为雪域高原送来安康  Pour apporter le bien-être et la santé aux hautes terres enneigés
       
    那是一条神奇的天路哎…  C'est une route magique qui mène vers le ciel...
    带我们走进人间天堂  Qui nous fait entrer dans le paradis
    青稞酒酥油茶会更加香甜  L’alcool d’orge vert et le thé au beurre auront un bien meilleur goût
    幸福的歌声传遍四方  Le chant du bonheur se propagera dans toutes les directions
    幸福的歌声传遍四方 Le chant du bonheur se propagera dans toutes les directions…

     

    Pour écouter cette chanson et avoir les paroles en pinyin, voir ici.

     


    2 commentaires
  • 你们对最近的日本地震有什么感觉?我自己很羡慕日本人的镇静能力,他们也相信政府会帮他们闯过困难。到今天,我听见的专家分析给我引起了好奇心,我希望能够了解日本人的历史,文化,思想。他们的社会和我们的非常不一样,好像比我们明理,他们也会为了共同利益牺牲自己的生活。其实生活就是这样,自己的生命无值,发生大灾祸后没什么可哭的,丢失的东西不能复现,只能努力地往前走,帮助幸存的人和重造新一个生活。

    从此往后,我会多注意关于日本的消息与文章。

     


    5 commentaires
  • Article très intéressant de Pierre Gentelle en 2003, sur les Cafés Géographiques :

    http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=30

     


    votre commentaire
  • Je ne suis pas une inconditionnelle de la Chine, mais il faut quand même réfléchir plutôt que d'écouter les médias sans esprit critique. Et essayer de comprendre ce pays en pleine mutation dont on entend ce qu'on veut bien nous dire. Essayez d'aller plus loin, histoire de ne pas mourir idiots et ne pas croire n'importe quoi.

    Allez lire cet article qui appelle à la réflexion : Entendre, plutôt que blâmer

     


    votre commentaire
  • Ce week-end commencent les vacances pour le nouvel an chinois qui est le 7 février. Les chinois se sont déjà donc tous précipités dans les gares pour rentrer chez eux. Le nouvel an chinois est en effet la plus grande fête de l'année, un peu comme Noël en Europe. Ils se réunissent en famille pour le jour de l'an, et vont ensuite visiter les membres de leur famille élargie dans les jours qui suivent. 97244ad1700fff7772dabde76705ff0f.jpgC'est un des seuls moments de retrouvailles pour les familles dont les membres travaillent, ou étudient, le plus souvent très loin, dans les grandes villes.

    Le problème cette année est qu'il a neigé fort dans de nombreuses provinces du centre de la Chine. Ces derniers jours, la neige a entrainé de nombreux retards de trains et d'avions, les gens étant parfois bloqués dans les trains plus d'une journée. Déjà qu'il est difficile d'acheter des billets de train pendant les vacances nationales, c'est encore pire en ce moment... Certains étudiants de mon labo attendent de pouvoir acheter un billet, et continuent donc les expériences, faut de pouvoir rentrer chez eux.

    On ressent donc encore les problèmes dans les transports en Chine : beaucoup trop de voyageurs par rapport aux trains et aux lignes. Les avions commencent à se développer, mais les prix restent très élevés par rapport au train, et ce sont surtout les hommes d'affaires et les gens aisés qui se permettent de prendre l'avion. La majorité des chinois se contentent de prendre le train une à deux fois par an pour aller voir leur famille restée en province, à la campagne...


    votre commentaire
  • J'ai une très faible connaissance des hôpitaux en Chine. Je n'y suis allée qu'une fois après m'être fait une coupure assez profonde à un doigt, mais j'en ai un peu entendu parler autour de moi. En effet, les étudiants de l'université n'ont rien en matière de premiers soins. Dès qu'il y a le moindre problème, ils vont à l'hôpital de l'université. Heureusement, en tant qu'étudiants, ils ont des prix extrêmement bas. Pour m'être fait soigner 10 minutes, je n'ai payé que 2 yuans (soit 0,20€). C'est vraiment ridicule et j'aurais payé plus cher que ça à l'extérieur, peut être 10 ou 20 fois plus. Pour moi, ça n'est pas grave, mais pour les étudiants, c'est très important. Une bonne partie n'ont déjà pas assez d'argent pour les études, la nourriture et les habits, alors s'il leur fallait dépenser beaucoup dès qu'ils se blessent (en faisant du sport, par exemple), ça serait inhumain. J'imagine que les gens travaillant à l'hôpital sont payés par l'Etat ou par des subventions.

    Un autre gros problème des hôpitaux en Chine est que les chinois n'ont pas d'assurance maladie. C'est donc une très grosse difficulté pour eux de payer lorsqu'ils son hospitalisés. Un jour à l'hôpital coûte plusieurs milliers de yuans. Or, le salaire d'un employé dans un hôtel est d'environ 800 yuans par mois, celui d'un paysan moyen entre 2000 et 3500 yuans par an (en 2003), et les gens qui font des petits travaux dans la rue peuvent travailler toute la journée pour gagner 30-50 yuans. Donc, si vous êtes hospitalisé 4 jours du fait d'une maladie grave, il vous faudra peut-être payer 12 000 yuans ! Imaginez le décalage. On comprend qu'à la campagne, les gens se soignent eux-mêmes, avec la médecine traditionnelle. Vous avez aussi sûrement entendu parler des fameux "médecins aux pieds nus" envoyés dans les campagnes pour améliorer les conditions de santé des plus pauvres. Je ne sais pas s'il y en a encore maintenant.

    Une autre conséquence du problème de paiement est que ce sont les gens qui ont le plus d'argent qui sont soignés le mieux. En effet, après avoir payé le prix normal, on peut payer directement l'infirmière en échange de soins particuliers. L'argent manquant et le grand nombre de malades font que les gens ne sont pas aussi bien surveillés que dans nos hôpitaux français. Si vous donnez une compensation à une personne travaillant dans l'hopital où est soigné un membre de votre famille, vous serez ainsi sûr qu'il sera bien traité.

    Je finis avec une anecdote que j'ai lue dans La Chine à ma façon, de Lisa Carducci (très bon livre décrivant la vie quotidienne en Chine). Une femme immigrante enceinte étant tombée dans la rue s'est réveillée menottée à un lit d'hôpital. Le médecin qui l'a soigné ne pouvait plus laisser les patients s'enfuir sans payer une fois soignés. La suite ne dit pas s'il a réellement été payé…


    votre commentaire
  • C'est une artiste chinoise, Yang Liu, habitant en Allemagne qui a réalisé une exposition sur les différences entre Allemands et Chinois, soit à peu près entre occidentaux et chinois (pour voir les images cliquez ici). C'est assez intéressant de voir ces différences que l'on voit tous les jours mises en images. C'est encore plus frappant...

    Je confirme bien par expérience les dessins sur la ponctualité des chinois, la façon de faire la queue ou le bruit dans le restaurant. Il faut se dire que c'est une habitude. Ca fait partie de l'indiscipline collective chinoise, comme le comportement dans la rue qui vire souvent à l'irrespect total des autres. S'ils se disciplinaient un tout petit peu, il y aurait beaucoup moins de bouchons. C'est vrai que si les piétons et vélos respectaient les feux, il y aurait d'immenses accumulations de chaque côté des rues. Mais il y a quand même des exagérations, comme les gens qui font demi-tour en plein milieu d'une grande route, ceux qui font marche arrière sur la voie de vélos, les taxis qui s'arrêtent aux croisements et bloquent les gens qui veulent tourner, les vélos qui roulent dans le mauvais sens et que l'on voit au dernier moment car on double une voiture stationnée, les bus qui s'arrêtent au beau milieu d'un croisement pour cause de bouchon, les piétons qui avancent sur un passage piétons quand c'est rouge et obligent les voitures à les contourner, et bien d'autres... C'est la même chose dans les queues où les gens qui arrivent se mettent là où il y a de la place, qu'importe que les gens soient arrivés avant, ou bien lorsqu'ils donnent rendez-vous, l'heure est toujours à peu près, il ne faut pas être pressé ou avoir peur d'attendre. Ils ne donnent pas souvent une heure exacte, plutôt un "j'arrive tout de suite" (ce qui peut être plus de 20 min, j'ai testé), ou "dans l'après-midi". Pas précis du tout. Si on a rien à faire, ça va, mais si on a l'habitude du timing parisien, on peut vite se mettre en colère...

    Quand on voit ça, on pense que les chinois sont vraiment égoïstes. Je pense qu'à la base il y a sûrement un peu de ça, mais ensuite, c'est une habitude. Tout le monde (ou la personne avant moi) le fait donc je peux le faire, c'est tout. Mon professeur en Chine m'a dit que les chinois n'étaient pas encore habitués à imaginer ce que pense la personne en face. C'est pourtant la base de la politesse et du respect : "ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'on te fasse". Ce n'est pas par méchanceté qu'ils font ça mais simplement par négligeance et/ou manque d'éducation. C'est pas si facile de s'habituer.

    Il y a aussi des différences d'habitude dans la façon de dire merci. On se fait tout le temps des compliments mais lorsqu'on demande un service, on dit à peine merci, on considère ça comme normal. On dit merci dix fois quand un ami nous sert le thé au restaurant mais aucune politesse pour envoyer un camarade acheter son billet de train à sa place.

    Tous les chinois ne sont bien sûr pas comme ça. Il y a de grandes variations et je peux d'ailleurs dire que les étudiants de mon laboratoire sont beaucoup plus "occidentalisés" (si on peut dire ça comme ça) dans leurs comportements que les autres gens que j'ai rencontré, même les étudiants de l'université des Mines.

    3d6efe20403a2a2a018af1ca733ec0ec.jpg

    votre commentaire
  • J'ai croisé cette semaine mon premier sac de golf en pleine rue à Pékin. C'était une femme, apparemment en train d'attendre quelqu'un pour monter dans la voiture et partir faire un golf.

    Ca m'a fait assez bizarre sur le coup, dans mon université où j'ai l'habitude de ne voir que des étudiants, des personnes agées marchant ou des ouvriers en train de faire les travaux. Et puis l'environnement où je vis ne me faisait pas penser qu'il y avait des gens qui pratiquent cette activité en Chine.

    En fait, il y plusieurs golfs dans la banlieue de Pékin, et encore plus autour de Shanghai. Il y aurait dans les 300 golfs en Chine. De plus, c'est la mode parmi les milliardaires de se faire construire un golf particulier.

    Tout ça reste encore bien hors de portée du citoyen chinois moyen du fait du prix du billet et de la necessité d'acheter le matériel de golf. D'ailleurs, à Shanghai, nous avons vu un magasin de clubs de golf au beau milieu des centaines de magasins touristiques... On ne verrai pas ça en France, mais pourquoi pas. Les chinois vendent aux touristes ce que les touristes achètent !

    0bf06c628efdd5405793d86936e72467.jpg

     

    Articles relatifs :

    La Chine aurait-elle inventé le golf ? >>>

    Détails sur les golfs en Chine >>>


    votre commentaire
  • J'ai vu que Carole parle de foot dans son blog alors pourquoi pas moi ?

    Il y a une chose étrange quand on regarde le football à la télé en Chine : ce sont des filles qui jouent. C'est en voyant ça que je me suis rendue compte qu'en France on voit les hommes tout le temps et presque jamais les compétitions d'équipes féminines. Pourtant, il y en a autant.

    La raison ? L'équipe fille chinoise est forte alors que l'équipe homme n'a pas de bons résultats en international. Tout le contraire de la France. On ne montre que là où on est forts...

     
    300661b210b329e7def1753bfbe36244.jpg
     

    votre commentaire
  • " Harry Potter en Chine Venu d'Angleterre via les USA, le premier film d'Harry Potter bat tous les records d'audience en Chine : deux cent copies vendues à travers vingt villes et deux millions d'euros collectés dans la première en cinq jours. Pour les fans chinois (rejoignant ceux d'ailleurs), c'est la mode passion, (…).

    Seize mois avant, pourtant, à la sortie groupée des premiers tomes du livre, un pédagogue prédisait l'échec : « Ces balivernes de sorciers et de chouettes ne nous disent rien. L'Occident doute de son avenir et se réfugie dans ses fantômes. Mais nous, nous n'avons pas besoins de ce genre d'exutoire. »91e071df7e1e2ef3b9dd2d8cd0a63e93.jpg

    En fait, la hantise des responsables était de voir briser, au profit de l'étranger, le monopole socialiste de l'art et de la morale face aux jeunes. Les diffuseurs du film craignaient une interdiction pure et simple, sous prétexte d'apologie de la superstition et des sectes. (...) C'est alors que s'est produit l'incroyable : au ministère de la culture, des hommes tels Zhong Jiehua, expert en littérature enfantine, ont défendu le jeune sorcier : « Le rêve créatif, voilà ce qu'il faut à nos enfants, stressés de trop de devoirs et leçons ! »

    D'autres témoignages apparurent alors, tel le jeune Xu, doublure vocale du héros dans le film : « Harry, c'est un type super, il est courageux, sympa, et il aime ses parents ! »

    De l'Institut du cinéma de Pékin, Hao Jian produisit un argument subtil et imbattable, pour imposer le personnage d'importation : « La Chine n'a pas attendu J. K. Rawlings pour se doter d'une riche littérature fantastique. Tout est déjà dans notre roman national, Le Voyage à l'Ouest : dragons, monstres sanguinaires, apprentis sorciers, vol humain dans les airs... Harry Potter ne fait que copier la Chine. » Par cette approche nationaliste, le cinéaste brossait les idéologues dans le sens du poil : une fois Harry Potter remaquillé en Sun Wukong, le singe sorcier du Voyage de l'Ouest, sa légitimité devenait discutable. (…)  "

     Eric Meyer
    L'enfance chinoise importe ses rêves
    11 février 2002
    Article extrait du livre Voir le Chine du haut de son cheval

     

    Tous les films sont sortis en Chine, sans censure je crois (contrairement à Pirates des Caraïbes 3 dans lequel certaines scènes à Singapour ont été enlevées, sous prétexte de donner une mauvaise image du peuple chinois). On trouve 9cfe38cd610dabc95bf6297f92863c00.jpgaussi les livres en chinois, anglais ou autres dans les librairies. Le tome 7 en anglais est d'ailleurs au même prix que partout dans le monde, ce qui signifie très cher pour les chinois. On trouve en général des livres format poche entre 10 et 50 yuans, ou un peu plus chers pour les très gros, au contenu spécifique ou les livres importés. Le dernier Harry Potter se vend à 260 yuans environ (équivalent aux 26 euros en France). Il est donc tout à fait logique qu'une version illégale circule sur Internet, pour tous ceux qui veulent le lire mais ne peuvent pas se l'offrir.

     


    votre commentaire
  • Ceci n'est pas le code officiel, mais ce que j'ai pu observer en allant en vélo au labo tous les matins.

    1) Le feu rouge, c'est pas pour les gens qui tournent à droite.

    2) Quand c'est mon tour, j'avance au maximum, afin de bloqer tout le monde ensuite. Mais c'est moi qui serait passé en premier.

    3) Je klaxonne non pas pour montrer mon énervement mais simplement pour dire que je suis là, "attention, je passe !".

    4) Je m'occupe de ce qui est devant moi, pas de ce qui est derrière, c'est à eux de faire attention. Si quelqu'un veut passer, il klaxonne.

    5) Je m'occupe de ma propre sécurité, comme chacun fait de même, tout le monde est protégé.

    6) S'il y a la place, je passe.

    7) S'il n'y a pas la place de passer, j'avance lentement jusqu'à ce que les autres bougent un peu et que l'espace soit suffisant pour que je m'engage (vaut pour les vélos surtout, mais aussi les voitures et les bus).

    8) Si quelqu'un devant moi s'engage, je me dépêche de le suivre de près pour passer moi aussi, les gens derrière moi feront de même (valable surtout pour les vélos qui passent entre les voitures, les bloquant parfois plusieurs minutes).

    9) Je suis un taxi donc je peux m'arrête n'importe où et n'importe quand, et redémarrer sans prévenir. Aux autres de faire attention. Mais je vais quand même doucement pour ma propre sécurité.

    e540f44e957a2069de05c8c9af35a4ea.jpg

    Bref, le résumé du comportement des chinois, c'est chacun pour soi, mais tout en sécurité quand même. De toutes façons, aux croisements, il y a tellement de bus, voitures, vélos, piétons partout qu'il est impossible d'aller vite. Tout se passe en douceur.

    Des fois ils sont quand même un peu stupides. Un matin, il a fallu 10 bonnes minutes pour débloquer un croisement où chacun avait avancé au maximum, du coup tout le monde s'est retrouvé bloqué. Et pas question de reculer... Heureusement qu'un agent de police est passé par là.
     

    votre commentaire
  • Comme je l'ai déjà dit, les étudiants chinois doivent passer un examen (ou plutôt un concours) pour entrer à l'université. Une fois là-bas, ça n'est pas comme dans les universités ou les grandes écoles françaises. Comme la concurrence pour le travail est grande en Chine du fait de la forte population, la plupart des étudiants travaille beaucoup.

    Habitant dans des quasi-dortoirs, il leur est pratiquement impossible de travailler là, surtout par manque de place et de lumière plus que par inconfort. On peut donc voir des étudiants travailler jour et nuit (et week-end bien sûr) dans les 562ab119c7ac16d71ca88836583d205b.jpgnombreuses salles d'études des universités. Il est assez impressionnant de voir la quantité de livres qu'ils peuvent amener. J'ai même vu des salles où des surveillants viennent contrôler l'identité des étudiants (seulement leur carte) pour vérifier s'il n'y a pas dans le bâtiment des étudiants d'une autre spécialité. On peut voir ça au collège en France, mais pas dans une université, pour des élèves de master ! Pendant les vacances d'été, les étudiants n'ont plus cours mais continuent les expériences ou révisent pour l'année suivante. J'ai cru comprendre qu'il y avait aussi des examens facultatifs en début d'année. J'ai rencontré un chinois qui a passé presque tout l'été entre sa chambre, la cantine et sa salle d'étude...

    Dans le laboratoire où je travaille, les étudiants préparent tous un master ou un doctorat de recherche. Pour avoir un diplôme, ils doivent entre autre publier un document officiel, ce qui n'est pas du tout facile et oblige à avoir de bons résultats, significatifs. Ils ne sont pas tous fans de la recherche mais me disent qu'ils doivent avoir leur doctorat, ensuite ils pourront travailler dans un autre domaine. C'est triste de se dire qu'ils doivent faire des expériences pendant 5 ans même s'ils n'aiment pas ça… Enfin, je pense qu'avec un doctorat, en plus de l'université de Pékin, ils ne doivent pas avoir trop de mal à trouver du travail. J'espère pour eux, sinon c'est inquiétant pour les autres.

    Dans mon laboratoire, donc, les étudiants restent à faire des expériences jusqu'à tard dans la nuit. J'ai cru comprendre que le bâtiment ne fermait pas et comme chaque étudiant a la clé de son labo, ils peuvent travailler quand bon leur semble. Pendant les vacances d'été, la plupart de mon labo ne se levait pas le matin mais restait le soir. Je crois qu'avec la rentrée, le professeur va être plus sévère sur les horaires de travail le matin… Mais il y a des fois où on ne choisit pas de rester tard ou non. Quand on commence une expérience il faut la finir et ça peut durer longtemps… Ce que je fais en ce moment dure 10h (en fait on met les échantillons dans une solution puis on incube 2h, et ainsi de suite). La première fois on n'a pas fait attention et on a fini à 22h. Je n'aime vraiment pas travailler le soir, j'ai l'impression d'habiter dans le labo. Du coup, hier, j'ai commencé à 8h et j'ai pu rentrer chez moi vers 19h... Heureusement que je ne fais pas ça tous les jours. Mais c'est la nécessité du travail, on ne peut pas y couper. Mais ne vous inquiétez pas, comme on gère son temps soi même, on peut ne pas venir le lendemain matin pour rattraper. En fait, ce que veut le prof est d'avoir des résultats, ensuite, on fait ce qu'on veut, dans la limite du raisonnable.

    Bref, je suis contente de ne pas habiter dans la même université que là où je fais mon stage. Quand je rentre, j'ai vraiment l'impression d'être chez moi et j'oublie tout de mes expériences. Ce n'est vraiment pas le cas des autres dans le labo. Ils ne rentrent dans leur chambre presque que pour dormir, mangent dans l'université et se distraient dans le labo en lisant, étudiant l'anglais, jouant à des jeux sur les ordinateurs ou allant sur Internet... Ils font aussi un peu de sport, toujours dans l'université. Et comme ils viennent des quatre coins de la Chine, ils ne rentrent chez eux que deux fois par an une ou deux semaines (pour des raisons de temps et d'argent).

    Comme je suis étrangère, j'ai aussi l'énorme privilège d'avoir mes week-ends de libre. Car, même s'ils travaillent moins et se permettent de sortir un peu, ils continuent les expériences, ou au moins les réflexions et protocoles, le samedi et le dimanche. J'en ai quand même vu certains partir visiter un endroit pas loin de Pékin et revenir que le lundi après-midi, mais ce n'est pas la majorité, et pas tous les week-ends.

     


    votre commentaire
  • On parle pas mal de la Chine et du problème de propriété intellectuelle. Pour quiconque s'est déplacé dans la pays, ça paraît complètement évident. Le problème n'est pas qu'il y a plus de piratage qu'en Europe, le problème est qu'il est généralisé. Il est plus difficile de trouver une version DVD non pirad16e055c7b59c25e38704583228f4d0c.jpgtée qu'une piratée ! (ou alors je ne suis pas allée chercher au bon endroit). En effet, partout, dans la rue mais aussi dans les magasins, les DVDs n'ont pas de boîte en plastique, mais seulement une pochette en carton et le disque au milieu. Ca ressemble au vrais DVDs mais sans la troisième dimension, bref ce sont des pirates qui n'essaient même pas de se cacher... Ce genre de DVD coûte en général 10 à 20 yuans, soit 1 à 2 €. Je n'ai pas idée du prix des vrais.

    Autre aspect du piratage à grande échelle en Chine : Internet. Ce n'est pas une petite minorité d'avertis qui téléchargent illégalement comme en France, mais tous ceux qui ont accès à Internet téléchargent, tout naturellement, films, livres (j'ai notamment trouvé tous les Harry Potter (dont le 7!) en anglais sur un des ordinateurs de mon labo), jeux vidéo, etc... Ils ne se sentent pas du tout coupables, et finalement, quand on est parmi eux, on ne trouve pas ça bizarre puisque tout le monde le fait.

    En fait, ce qui est étonnant est de voir que les gens vendant des objets piratés ne se cachent pas le moins du monde et que tout le monde les achètent ouvertement, sans aucune crainte de poursuite. J'ai entendu parler il n'y a pas longtemps de fermeture de magasins à Pékin car ils vendaient des contrefaçons, je ne sais pas la différence avec les magasins qu'il y a partout... Bref, peut-être que la Chine commence à bouger, mais il faudra aussi changer les mantalités des gens, qui ont maintenant l'habitude d'avoir tout à disposition gratuitement ou très peu cher. Ce que me disent les étudiants chinois, ils n'ont pas assez d'argent pour acheter eux-même des DVDs, donc ils téléchargent les films depuis internet. Que faire ?

     


    votre commentaire
  • A la fin de l'équivalent du lycée, les chinois doivent passer un examen, qui est un peu comme le concours prépa en France. Suivant les résultats, ils peuvent aller dans telle ou telle université. Le nombre de place dans chaque école dépend de la province d'origine des étudiants. Par exemple, l'université de Pékin, une des meilleures en Chine, accueille un certain nombre d'étudiants venant de Pékin, et chaque effectif est prédéterminé pour chaque province. Il est donc plus ou moins facile d'y rentrer suivant que l'on vient d'une province où il y a beaucoup de gens "recrutés" ou très peu. Je ne sais pas sur quoi sont basés ces effectifs, mais j'ai entendu dire que la majorité des étudiants de Beida viennent de Pékin et des environs, ce qui parait plus logique du point de vue des transports, mais pas très égalitaire sachant que les meilleures universités se situent dans les grandes villes... 

    4d93be83d9f07168f1d0835b27fa3b09.jpgPour ceux qui ne sont pas assez forts pour aller à l'université, ils peuvent soit travailler, soit aller dans des écoles d'apprentissage, qu'ils appellent "écoles d'ingénieur". Il faut donc faire attention quand on explique à des chinois ce que sont les grandes écoles françaises et bien leur préciser que c'est différent du système chinois et que les écoles d'ingénieur sont mieux réputées que les universités. 

     

    Autre différence, les études ne sont pas gratuites même avant l'université. Pour les plus démunis, il faut faire des sacrifices pour pouvoir envoyer son (ses) enfant(s) à l'école.

    Si un élève a du mal à payer l'inscription à l'université, il ne reçoit pas de bourse mais peut emprunter facilement dans les banques, qui misent sur le fait que les gens sortant de l'université vont sûrement avoir une bonne carrière dans le futur.

    Si pour rentrer à l'univeristé, un élève n'a pas le score requis, il peut y entrer quand même en payant des droits d'inscriptions beaucoup plus élevés. Ca n'est pas la meilleure façon de rentre le système égalitaire.

     


    votre commentaire
  • En Chine, la monnaie officielle est le yuan (ne pas confondre avec le yen japonais), aussi appelé RMB (人民币ou ren min bi, ce qui signifie "monnaie du peuple"). Le change avec l'euro dépend du dollar puisque le yuan est rattaché à la monnaie américaine (ce qui lui est reproché par beaucoup d'instances économiques mondiales), mais c'est à peu près 10 yuan = 1 euro, ce qui facilite grandement les calculs...

    Ensuite, les chinois n'utilisent pas les centimes de yuan mais il y a un nom pour chaque dixième : 0,1 yuan = 1 jiao et 0,1 jiao = 1 fen. Pour faciliter les choses, à l'oral dans la vie courante, on utilise pas les mêmes noms ! On dit kuai à la place de yuan, mao à la place de jiao et heureusement on garde le fen. Finalement, on oubli facilement les noms officiels (surtout le jiao en fait).

    Autre chose un peu étrange en Chine, le fen ne semble pas servir à grand-chose. fe74afe47b2d633ea0c0f56fe91af015.jpgIl existe des pièces de 1 et 5 fen mais on ne les voie presque jamais. Les prix de ce qu'on achète n'ont en général qu'un seul chiffre après la virgule, et ils n'essaient pas de nous faire croire que c'est pas cher avec des 9,99€ comme en France (comme si on se disait, "tiens, c'est pas cher, c'est même pas 10€..."). Les seules choses où le prix est très précis sont les aliments pesés, puisque le prix est au kilo (enfin au demi-kilo, au jin). Mais en fait, chez les petits marchands de fruits et légumes, ils arrondissent toujours (en dessous bien sûr, il ne faut pas blesser le client, il faut toujours lui faire croire qu'on lui offre un peu). Il reste les supermarchés, où les prix s'additionnent sans s'arrondir, mais j'ai été surprise hier en voyant le prix : 31,04, je m'attendais à recevoir 6 fen, j'étais intéressée de voir à quoi ça ressemblait, mais manque de chance, elle a totalement ignoré le 04 et ne m'a demandé que 31. Ca doit être plus simple pour eux, je sais même pas s'ils ont des pièces fen en leur possession. Enfin, venant de France où si la caissière n'a pas la monnaie on doit attendre qu'on lui rapporte des pièces, ça m'a fait drôle. Il reste les gens qui payent par carte (assez peu mais de plus en plus nombreux), eux, doivent payer le prix exact, dommage !

     

    Pour les intéressés et par soucis de précision, je vous donne quand même les vrais caractères :
    yuan : 元
    kuai : 块
    jiao : 角
    mao : 毛
    fen : 分

     


    2 commentaires
  • Bien que je ne connaisse pas très bien ce qui passe à la télé en France, je peux voir des ressemblances et des différences avec la Chine. Tout d'abord, chose qu'il n'y a pas en France, la plupart des films et émissions est sous-titrée (en chinois). Ce n'est pas par gentillesse pour les pauvres étrangers qui ne comprennent rien, mais parce qu'une grande partie des chinois ne parlent pas mandarin mais des dialectes divers et variés. Les dialectes ont des prononciations très différentes du mandarin, mais utilisent toujours les mêmes caractères (pour ceux qui savent lire), vu que la phonétique n'est pas explicitement liée à l'écriture comme dans les langues que l'on connaît. En fait, la langue officielle chinoise est le "dialecte" de Pékin. Partout ailleurs en Chine, les gens apprennent le mandarin à l'école, mais ne le parle pas réellement dans la vie courante (ça déprime de se dire qu'on apprend la langue du pays mais que si on va dans 80% de la Chine, on va rien comprendre quand ils parlent entre eux, mais bon).

    Deuxième aspect très clair, c'est la façon de mettre des pubs. On pourrait se plaindre de voir toujours les mêmes pubs en France, mais au moins ils s'arrangent pour ne pas vous mettre 10 fois la même dans la même émission. Suivant les chaînes, pendant un film, on peut avoir des coupures d'une seule pub mais très souvent, ou ¼ d'heure de pubs toutes les demi-heures. Il s'en suit que les films durent bien plus longtemps qu'une heure et demie. Au milieu des séries, il y a aussi beaucoup de pubs, et ils n'hésitent pas à vous faire passer plusieurs fois la même, des fois carrément à la suite. J'ai vus plusieurs fois une même pub avec plusieurs variantes qui a duré plus de 5 minutes montre en main. D'accord on s'en souvient, mais à la fin c'est vraiment lassant, on en vient même à espérer une pub au plus vite, du moment qu'elle est différente… Bref, vive la télévision publique !

    Au niveau contenu, on peut voir en Chine un peu de tout. Il y a pas mal de films, dont, à mon avis, un peu trop qui parlent de la guerre avec la Japon. Serait-ce pour entretenir un certain ressentiment ? Je tiens à vous confirmer que les chinois n'aiment pas les japonais et vice-versa. Contrairement à nous avec les allemands, l'invasion japonaise leur reste en travers de la gorge, alors que les japonais disent n'être venus que pour libérer les chinois de l'influence étrangère. Dialogue de sourds pour l'instant… Revenons à la télévision, il y a comme en France des émissions débile pour gagner on ne sait quoi (elles sont tout aussi compliquées, j'ai du mal à tout comprendre), des du genre nouvelle star mais beaucoup plus expéditif, mais aussi de nombreuses émissions ou des gens racontent leur vie. Il y aussi pas mal de 1a8e9ad7f632ee26a23aab1fef143c05.jpgcirque, acribaties et autres. De ce côté-là, c'est un peu comme en France. Les choses que je n'avais encore jamais vu sont des émissions filmées dans la rue ou des gens montre comment créer soi-même des objets du quotidien pour éviter d'avoir à les acheter. Les gens ont l'air tout contents de montrer leurs trouvailles et le public très enthousiaste. C'est la bonne humeur chinoise à l'état pur. J'ai aussi vu des gens présenter des recettes de cuisines dehors en face d'un régiment de soldats. Je n'ai pas trop compris à quoi servaient les soldats, à moins que ce ne soit pour leur apprendre à cuisiner. Etrange...

    Bref, la télévision chinoise n'est pas vraiment différente de la française, mais on y retrouve tout à la sauce chinoise... Ca donne un aperçu de leur façon de penser la vie quotidienne...

    4eb18bf49c60c654e4a2c9012a3319a3.jpg

    Apparemment, il y aurait une chaîne internationale, une chaîne anglaise et une chaîne française. Je ne les ai pas encore vues, peut-être que je ne les capte pas de chez moi. C'est sûrement tout aussi bien, chinois obligatoire !

    0fd5f66e4bef2f17665b0c9e19d3ea96.jpg05b451af4a8e52ad2ab668dcdadd8734.jpg

    3c0e190d3e4051a72f55ab3acf325867.jpg


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique