• Littératures du monde

    Littératures du monde

  • Voici un livre dont le titre fait peur, mais qui vaut vraiment le détour, si vous vous intéressez un temps soit peu à la façon dont des gens comme vous et moi peuvent réagir en cas de catastrophe naturelle (ou entraînée par l'homme).

    Dans ce livre, Kota Ishii nous fait vivre les moments de l'après-tsunami dans la ville de Kamaishi, gravement touchée qui comptera plus d'un millier de victimes. Des cartes au début du livre permettent de bien voir quelles ont été les zones touchées plus ou moins gravement et de se repérer lors de la lecture.

    Pour écrire cet ouvrage, Kota Ishii a mené des enquêtes et passé du temps avec les rescapés à Kamaishi après le tsunami. Il nous raconte comment des particuliers ont dû faire face à leurs responsabilités et participer activement aux recherches de cadavres dans les décombres, à leur transport vers une morgue improvisée qui manquera rapidement de place, à l'identification des corps (description physique, prélèvement d'ADN, analyse de la dentition...), mais aussi au réconfort des familles ayant parfois tout perdu.

    L'auteur nous fait revivre ces moments en alternant les points de vue : celui d'un pompier volontaire, un médecin, un dentiste, un retraité des pompes funèbres, un éducateur physique, etc. Les choses s'organisent peu à peu malgré le manque de moyens afin de retrouver et d'identifier les victimes et de leur permettre de partir de manière la plus honorable possible.

    Ces témoignages sont racontés par Kota Ishii à la 3ème personne dans un récit très agréable à lire, qui ne suit pas forcément la chronologie mais alterne les points de vue, permettant de se faire une image la plus réaliste possible de la manière dont un peuple peut réagir devant une telle catastrophe.Un récit vraiment passionnant qui décrit en détail la réalité, sans tomber dans le morbide ou l'insoutenable....

    Couverture

    Mille cercueils
    A Kamaishi après le tsunami du 11 mars 2011
    Kota Ishii
    Publié en 2011 au Japon
    Mars 2013 - Editions du Seuil - 230 pages
    Traduit par le groupe Hongakudan

    Notons au passage que ce livre a fait l'objet d'une traduction collaborative entre plusieurs traducteurs, avec l'objectif de reverser les gains des ventes françaises à une association caritative au Japon.

    La traduction d'un ouvrage n'est déjà pas une entreprise facile, alors la traduction à plusieurs l'est encore moins. Je vous conseille cet intéressant article d'un des traducteurs à ce sujet...


    votre commentaire
  • Il y a deux semaines avait lieu au Centre Culturel Coréen de Paris une conférence intitulée "La femme dans la culture coréenne" donnée par Benjamin Joinau.

    Si vous êtes intéressés par la littérature coréenne, vous pouvez réécouter la conférence grâce à la vidéo mise en ligne par le Centre Culturel Coréen.

    Lien direct : https://www.youtube.com/watch?v=x2CdmrWOoDM

    Vous pouvez aussi lire l'article de Benjamin Joignau sur ce thème, publié dans la revue Culture Coréenne de fin 2012.

     

    En complément, je vous conseille aussi la lecture de ces deux recueils de nouvelles écrites par des auteurs coréens contemporains :

    Cocktail Sugar et autres nouvelles de Corée
    2011 : Editions Zulma, 382 p.

    Couverture

     

    Séoul, vite, vite !
    2012 : Ed. Philippe Picquier, 288 p.

    Couverture

     


    votre commentaire
  • Un recueil de nouvelles très agréables à lire, qui dissèque les relations familiales et l'importance de la cuisine et des cuisinière dans les familles indiennes où toutes les générations vivent sous un même toit...

    Chaque nouvelle se termine par la recette d'un plat évoqué dans le texte qui la précède. Dans la préface, l'auteur tient à se décharger de toute responsabilité quand à la réussite des recettes ;-)

    Voyage intéressant dans un pays que l'on connait peu. Les découvertes sont enthousiasmantes, mais la réflexion sur la condition des femmes prend souvent le dessus...

    La colère des aubergines

    La colère des aubergines
    Bulbul SHARMA
    1999 [2002] - Ed. Philippe Picquier
    202 pages [format poche]
    1ère publication en Inde en 1997


    2 commentaires
  • Parmi les rares traductions de littérature tibétaine, voici un recueil de nouvelles de Pema Tseden, auteur (et réalisateur) qui écrit à la fois en tibétain et en chinois.

    Neige, de Pema Tseden
    2013, Ed. Philippe Picquier, 172 p.

    Ce recueil regroupe d'ailleurs des nouvelles traduites du tibétain par Françoise Robin et des nouvelles traduites du chinois par Brigitte Duzan. 

    J'ai trouvé ces courtes histoires intéressantes et agréables à lire. L'auteur y croque des moments de la vie de personnes simples ou extraordinaires vivant dans la campagne tibétaine. Sans aborder les aspects politiques, cela permet d'entrer le temps de la lecture dans la vie de ces gens-là et de réfléchir sur ce qui est le plus important pour chacun en fonction de leurs parcours : garder ses moutons, essayer de recueillir les traditions orales tibétaines avant qu'elles ne se perdent, trouver un bon mari malgré une situation défavorable, etc.

    J'en conseille vivement la lecture...

    EDIT : Lire aussi mon article publié à l'issue de la rencontre au Phénix le 19 avril 2013, à propos de l'expérience des traductrices...


    votre commentaire
  • Pour ceux qui souhaiteraient découvrir la littérature japonaise, je vous conseille les chroniques de ce bloggeur, pas débutant du tout dans le domaine. 

    Ses chroniques de livres sont excellentes =)

    bannière

    Son site : http:// chroniques-d-un-newbie.fr/ ?page_id=5355

     


    votre commentaire
  • Voici un petit livre que j'ai beaucoup aimé.

    Ce sont les notes (d'où le sous-titre "chronique") prises, depuis la France, par l'écrivain japonaise Ryoko Sekiguchi au moment de la catastrophe de Fukushima. 

    C'est une superposition d'images qui lui traversent l'esprit au hasard de ses pensées. C'est emprunt de poésie et très intéressant, car tout en traitant l'évolution de la catastrophe au jour le jour, elle nous fait apparaitre par petites touches la culture et l'histoire particulières du Japon. 

    Vraiment très agréable à lire...

     

    Couverture

     

    Ce n'est pas un hasard : Chronique japonaise
    Ryoko Sekiguchi
    2011 : Editions P.O.L

     

    Si vous vous intéressez aux conséquences du tsunami de mars 2011 sur la société japonaise à travers la littérature, allez voir cette sélection d'ouvrages.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique